Prédiffusion

C'est pas parce que c'est pas encore arrivé qu'il ne faut pas en parler

janvier 9th, 2012




Prédiffusion : 9 mai 2012, diffusion prévue pour le 3 février 2017



J’aurais dû m’en douter. À force de ridiculiser les gadgets qui apparaissent sur le marché, j’ai fini par me faire avoir. Il y en a un qui, je crois, vient de me donner l’air d’un vieux con dans le temps de le dire.

C’est par mon fils que le scandale est arrivé…

Junior s’est pointé au souper avec ses nouvelles lunettes à projection et ça n’a pas pris plus de deux secondes pour qu’il me donne l’air d’un arriéré. Je parlais de politique américaine et le nom d’un sénateur m’échappait. Phil Heminston me dit fiston. Quoi ? Depuis quand tu t’intéresses à la politique lui demandais-je. Ça m’intéresse pas… c’est juste apparu sur mes lunettes.

Hé bien! Figurez-vous que ce bidule est branché en permanence et en plus ça fait des recherches sans arrêt sur internet, simplement avec les mots captés par l’appareil. L’information est ensuite directement projetée sur la rétine de l’usager.

C’est un flux constant d’information qui lui traverse les yeux. “Maman vient de partir du bureau », me dit-il ensuite. J’imagine que ce truc se connecte sur Twitter ?
- bien mieux que ça me, on peut se branché sur le 4d des points nodaux de notre choix. On y voit en plus tout ce qui se passe sur les caméras publiques de notre choix et y lire les infos qui volent dans ces espaces.

Wooooo….

Je sais, je sais, vous avez sûrement envie de rire de moi. Ces lunettes sont sur le marché depuis déjà quelques mois… Mais vous me connaissez… moi et la technologie, ça ne fait pas particulièrement deux.

Le reste de ma conversation avec ma progéniture a été complètement déroutant. Il n’arrêtait pas de dévier son regard, signe d’attention sur la projection, pour me contredire ensuite sur un détail ou un oubli de ma part. Je ne parle pas ici des clignements d’yeux. Ça sert de mode de sélection si j’ai bien compris, une sorte de double-clic? … comment ça marche?

Vous rappelez-vous l’effet que les téléphones intelligents ont eu sur les engueulades de party de famille. Hé bien! Voilà qui règle définitivement le problème. En affichant constamment des données sur ce que nous sommes en train de dire, ces lunettes rendent même la connaissance avec un grand C inutile.

Je jubile déjà en pensant à la prochaine conférence de presse d’un politicien devant un panel de journaliste équipé de ces joujoux. Impossible de bullshiter.

Pour revenir à junior avec ses lunettes, je lui ai demandé si ses professeurs les permettaient dans ses cours et surtout ses examens…

Je vous laisse deviner…

“Papa, arrête de faire le vieux con. Ça fait longtemps que les examens ne testent plus les connaissances”

Je suis vraiment plus de mon temps

Maxell Eshai


septembre 28th, 2011

Prédiffusé le 28 septembre 2011, diffusion prévue : 12 mars 2024

Lettre ouverte

Il semble que ce soit de plus en plus fréquent. Plus que jamais des jeunes choisissent de ne pas être présent sur les réseaux sociaux ainsi que sur les autres sites de partage. Mon fils de 16 ans fait partie du lot et je trouve cela extrêmement difficile à vivre. J’ai vérifié autour de mois et il semble que la tendance se confirme… Quel malheur! Vous, qu’avez-vous fait pour raccrocher vos jeunes dans les réseaux sociaux?

De mon côté j’ai beau essayer les arguments traditionnels du type « Ce sera difficile de te trouver un travail » ou encore, « Pense aussi aux autres »… Rien n’y fait. Junior refuse obstinément de s’ouvrir un compte Facebook, d’y mettre à jour son statut et y partager sa géolocalisation et ses photos. Que d’égoïsme de sa part! Alors que la majorité des êtres humains vivent en réseau et partagent leurs connaissances par l’entremise des applications sociales, fiston me répond non sans défi  » Toi, tu fais juste alimenter le système, tu fais comme tout le monde et tu donnes des informations à une machine »
Elle est bonne celle-là ! que d’insolence.

Ma vie est devenue un enfer

Vous essayerez vous d’inscrire votre rejeton dans des activités sans un compte de média social ou 4d. C’est presque impossible! Même les écoles s’y prennent de cette façon pour communiquer avec leurs élèves. Je ne vous parle pas de la pression que me foutent ses professeurs pour que je le force à avoir un profil digne de se nom. Même sa grand-mère s’en plaint! Il manque la moitié de ses obligations à cause de sont manque de connectivité. Je dois littéralement tous lui rappeler au jour le jour et j’ai dû devenir fan de nombreux services à sa place pour éviter son renvoi.

Il semble que ce soit le retour en force du courriel chez les jeunes qui accentue cette pénible tendance. Ce média qu’on a toujours trouvé vieillot fait leur bonheur! Incroyable, mais vrais. Mon jeune et sa bande s’en échangent une dizaine par soirée et bien sur, impossible d’y jeter un coup deuil. S.V.P donnez moi vos trucs !

Simone,

Une mère qui a besoin d’aide

septembre 23rd, 2011

Prédiffusion le 23 septembre 2011, diffusion prévue le 15 mai 2017, par Alexia Helms

« Personne n’y avait pensé au début, mais les plates-formes sociales étaient le repère idéal de la vie artificielle »

Nous profitons de l’annonce faite aujourd’hui de la fermeture du dernier réseau social pour faire une petite histoire de la décadence des médias dits sociaux.
L’histoire nous a montré, demandez-le à vos parents, que les médias de communication de masse ont tous énormément souffert de différente sorte de parasites.

La poste, le téléphone, le fax et le courriel ont tous été victimes à leur façon d’une dégradation de service causée par l’envoi massif de messages ou la fraude. Première victime: le courrier avec ses publicités envahissantes allant jusqu’à cacher vos enveloppes importantes dans la boite aux lettres. C’est le premier mode de communication à subir les excès de la commercialisation. C’était aussi le plus vieux. Le télémarketing s’est par la suite occupé du téléphone et le pourriel a causé de nombreux problèmes aux utilisateurs de courriel.

Restaient les médias sociaux, à priori perméables aux intrusions automatisées de par leur nature même. C’était bien mal connaitre les motivations de nos plus détestables compagnies.
Les agences de marketing ont commencé par engager des personnes influentes sur les réseaux pour manipuler leurs contacts subtilement. Malheureusement, il n’y avait pas assez de personnes prêtes à vendre leurs âmes pour ce sale boulot alors, tranquillement, les firmes engagèrent des étudiants pour animer de faux profils et après, vers une plus grande quête de profit, c’est là que les compagnies spécialisées en intelligence artificielle ont fait leur apparition. Ils ont fait des programmes capables de simuler des conversations avec brio, commenter vos photos, faire un « like » sur vos liens… devenir ami avec vos amis….

Mais comment se sont-ils introduits dans mon cercle social? C’est plus simple que ça en a l’air. Dans chaque pays, il existe des noms très communs qui sèment le doute. Ces noms sont si répandus que la plupart des gens pensent y voir un ancien contact et même dans le doute, ils ajoutèrent ces « personnes » à leur liste. Le réflex est encore plus rapide quand ce contact a déjà un lien avec un de nos amis. Les vedettes étaient les plus susceptibles de recevoir de tels « amis » et c’est ainsi que les fan-clubs sont vite devenus des nids de vie virtuelle.

Des compagnies telles IntSo ou marketMySoul ont vite fabriqué de nombreux profils aux caractéristiques renversantes. Les progrès en sémantique appliquée et en linguistique ont permis rapidement de monter des programmes capables de simulation sociale assez convaincante. Et ça marchait! Vous vous rappelez sans doute la vitesse à laquelle vos wall et fils de nouvelles sont devenues des pizzas de liens indigestes. Avant qu’une personne découvre l’imposture, certaines compagnies avaient le temps d’infiltrer à fond tout un graff de relation et d’y animer de faux débats, pointer vers des liens commerciaux et devenir admirateur de pages assez douteuses. Ces « faux » profils ont commencé à se distinguer et même à amuser leurs amis. Certains se rappelleront du type 34 de Intso qui avait tendance à être assez drôle avec ses remarques limites schizo et ses blagues au troisième degré. Certains exemplaires du modèle 48 se sont même retrouvé avec des milliers d’amis tellement leur profil était déverdissant.

Les compagnies comme Facebook ou Google ont bien tenté d’endiguer le problème, mais voilà : coupler à des programmes de vie artificielle, ces I.A se sont multiplier jusqu’à saturation. Des graphes complets de certains réseaux étaient entièrement faux et les ingénieures ne parvenaient pas à les distinguer des vrais. Ils sont littéralement devenus vivants dans le réseau en interagissant de façon on ne peut plus réelle.

Un ingénieur de Google m’avait expliqué sa surprise quand il avait découvert un cercle d’une trentaine d’I.A. en Inde qui se faisait passer pour des financiers. « Ils avaient des relations pertinentes. La seule façon de savoir s’ils étaient vrais avait été de vérifier avec l’état civil du pays concerné… ».
Personne n’y avait pensé au début, mais les plates-formes sociales étaient le repère idéal de la vie artificielle. Vous pouvez y accumuler des crédits, échanger, acheter… avoir des amis! Vous rappelez vous du cas Fred Smith, une intelligence artificielle qui avait cumulé des millions de crédits Facebook avant d’être « tuée » par les ingénieurs. Ont sait maintenant que la seule façon d’éliminer ces êtres virtuels était de littéralement fermer ces sites, au grand déplaisir des actionnaires. Peu de gens se rappellent des débuts de Facebook et il est difficile d’imaginer que cette compagnie de MétaMot maintenant spécialisé en recherche sociologique et en science prédictive était au début un simple réseau social.